Already a member? Log in

Sign up with your...

or

Sign Up with your email address

Add Tags

Duplicate Tags

Rename Tags

Share This URL With Others!

Save Link

Sign in

Sign Up with your email address

Sign up

By clicking the button, you agree to the Terms & Conditions.

Forgot Password?

Please enter your username below and press the send button.
A password reset link will be sent to you.

If you are unable to access the email address originally associated with your Delicious account, we recommend creating a new account.

Links 1 through 10 of 665 by Mario Asselin tagged mycomments

« Cela dit, à coût nul pour l’État le prix plancher pour les livres neuf – ou le rabais plafond… peut-être, mais à quel coût pour ceux qui achètent les livres ? Aussi, où as-tu lu pour la Coalition que nous étions prêts à “délier les cordons de la bourse et subventionner davantage les éditeurs et les libraires” ? On a toujours répété que c’est en réaménageant deux des quatre G$ en crédits d’impôts que nous choisirions d’intervenir. »

Share It With Others!

Je répète ce que je t’ai écrit sur Facebook : c’est le meilleur de tes quatre billets sur le thème. Et ce, même si je suis d’accord avec M. Cusson. Je constate moi aussi que ce billet ne contient aucun argument qui fait valoir l’importance de réglementer la vente du livre numérique. Tu décris bien “la stratégie des géants” du livre numérique. J’aime. Comme toi, je vois bien que le marché du livre numérique est différent de celui du livre imprimé, mais il me semble que toute réglementation sur celui du livre imprimé n’est pas neutre et comportera des effets pour le marché du livre numérique, surtout si cette réglementation ne porte que sur les livres édités. Ces effets doivent nous guider dans nos prises de position. Merci encore de poursuivre la réflexion à visière ouverte sur cet important sujet.

Share It With Others!

L’édition a joué un rôle prépondérant dans la “la chaîne du livre” jusqu’à maintenant. Je crois que ce rôle est appelé à diminuer en importance avec le déploiement du numérique, qui offre plusieurs nouvelles possibilités à des auteurs. Aussi, les lecteurs disposent de moyens différents pour accéder aux livres. Imagine que le seul prix des livres neufs “édités” soit réglementé. Ce serait alors une porte ouverte qui exercerait une nouvelle pression très forte sur cette fameuse nouvelle “chaîne du livre” à inventer… Faudrait voir ça !

Share It With Others!

Une de tes prémisses Clément : «Il faut d’abord que celui-ci [le livre numérique ] soit écrit, édité et diffusé… ». Je comprends pour “écrit” et “diffusé”, mais pour “édité” ? Pourquoi faut-il absolument qu’un livre numérique soit édité ?

Share It With Others!

« J’ai vu passer ton billet et je me suis dit que c’était une belle occasion de préciser certains points puisque tu interpelles le parti pour lequel je travaille et milite. »...

Share It With Others!

Bravo au dinoblogueur que tu es.
Pas mal tout ce qui précède fait évidemment partie de mes souvenirs, mais j’ajoute la période où tu construisais avec nous la petite histoire de la blogosphère.
Et puis le récit d’une de tes venues au Québec en 2004 - un cauchemar -via l’océan…
Tu demeures pour moi un modèle de persévérance.
Merci.

Share It With Others!

« Avant de commenter sur le fond, donc, j'apporte cette correction : Je ne sais pas si l’approche comptable en éducation existe au Québec. Si c'est le cas, elle me semble d'ailleurs exister beaucoup dans l'oeil de ceux qui la décrient. Mon point était - et est encore - que je ne m'identifie pas à une telle approche et que je ne connais pas de gens qui s'y identifie.

Je souhaitais de toi une source qui explique cette approche à laquelle on fait référence de temps à autre.

Je reçois maintenant par la lecture de ton billet que «ta démonstration» de l'existence de cette approche va aller de pair avec «ta démonstration» du rôle que François Legault (mon chef à la CAQ) aurait pu jouer dans la promotion de cette approche.

C'est de bonne guerre j'imagine. »

Share It With Others!

« Politique plus pédagogique et constructive»…

Tu le sais déjà, je me suis lancé en politique depuis peu et cette idée me rejoint parfaitement. Pour le moment, j’ai les moyens de mes ambitions parce que j’utilise abondamment le numérique pour communiquer. Je dis ça parce que je constate que les médias traditionnels n’offrent à peu près aucun espace pour s’expliquer convenablement. Surtout pour un candidat comme moi qui n’est pas très connu par le grand public...

Share It With Others!

« Je ne défendrai pas la chronique provocatrice de Mme Bombardier parce que j'en partage ni le ton, ni le contenu. Je reconnais à la rue un pouvoir. Je sais qu'elle impressionne actuellement, voire, que les gens y descendent avec des casseroles, accordées parfois, furieuses ou chaotique souvent. Les derniers jours montrent des rues vivantes et beaucoup moins hostiles qu'aux moments sombres de ce conflit... »

Share It With Others!

«Ça dépend un peu des domaines et des participants. En éducation par exemple, depuis quelques mois, il y a progression de l'utilisation d'un mot-clic. Faut dire que la pratique de Twitter y est plus récente, mais bon. Il y a aussi la conviction que des gens fortement intéressés par le sujet ne soient pas présents, comme dans les événements politiques par exemple où je ne crois pas avoir vu de baisse, au contraire. Lors des événements de geek, peut-être que tous les geek ont l'impression d'être au même endroit au même moment ;-)»

Share It With Others!